Textes

PRENDS SUR LES DOIGTS

 

Parfois, à vouloir rester fidèle à sa culture, on peut se retrouver

sans pain, sans vin, sans fleurs et sans amour...

 

BOUM, TCHAK, ALLEZ VAS-Y PRENDS SUR LES DOIGTS

QUAND TU PARLES LE PATOIS

BOUM, TCHAK, ALLEZ VAS-Y PRENDS MOI BIEN ÇA

SI TU PARLES LE PATOIS

 

Quand je suis allé à la boulangerie, j'ai dit :

«  Bondzo, y'ameré dâo pan ! »

Mais la boulangère m'a répondu :

« Vous n'aurez rien, désolé pas de ça ici ! », alors !

 

Je me suis installé au café et j'ai dit :

« Bondzo, vu trâi dèci ! »

Mais le cafetier m'a répondu :

« Vous n'aurez rien, allez ouste, sortez-moi d'ici ! », hm-hm

 

BOUM, TCHAK, ALLEZ VAS-Y PRENDS SUR LES DOIGTS

QUAND TU PARLES LE PATOIS

BOUM, TCHAK, ALLEZ VAS-Y PRENDS MOI BIEN ÇA

SI TU PARLES LE PATOIS

 

Quand pour toi j'ai voulu acheter un bouquet, j'ai dit :

« Bondzo, y'ameré dâi flliâo ! »

Mais la fleuriste m'a répondu :

« Votre chérie n'aura rien, désolé pas de ça ici ! », alors !

 

Tout penaud vers toi je suis rentré et j't'ai dit :

« Bondzo, vin mè gatiounâ ! »

Mais belle cruelle tu m'as répondu :

« Tu n'auras rien, si tu parles comme ça ici ! », hm-hm

 

BOUM, TCHAK, ALLEZ VAS-Y PRENDS SUR LES DOIGTS

QUAND TU PARLES LE PATOIS

BOUM, TCHAK, ALLEZ VAS-Y PRENDS MOI BIEN ÇA

SI TU PARLES LE PATOIS

PRÎ DE TÈ

 

Avoué mon biau tsapî

Et on par de brein de paille âo bè

Prègno mon petiou batî

Ramo

 

Y'é daî flliâo et dâo dzi

'Na novalla tsansounetta po tè

Daî coucon, dâo lacî

Ramo

 

BONDZO BONDZO BONDZO MA GALÉSA

BONDZO BONDZO BONDZO MA GALÉSA

BONDZO BONDZO BONDZO MA GALÉSA

SU D'ABOO PRÎ DE TÈ

 

Te mè tserme vu lodzî

Dein la dâoça raveu de tè get

Adan su mon batî

Ramo

 

BONDZO BONDZO BONDZO MA GALÉSA...

 

Ramo

Ramo

Ramo

Ramo

 

Ora sein mon dû

Tè vâyo à ta fenîtra

Ton sorire è co lo fû

M'ètsaude

 

BONDZO BONDZO BONDZO MA GALÉSA...

 

Câ, te m'ètsaude et mè fâ fronnâ...

Fâ fronnâ...

Ouâi

GALÉSA MARQUISA

 

Quand lo sèlâo a copà lo niolan

Adan y'é yu onna roûsa

Lo niolan l'è mè sein nion dein ma vià

Lo sèlâo l'è tè ma mïa

 

Quand lo sèlâo a copà lo niolan

Adan y'é yu onna roûsa

Lo niolan l'è mè sein nion dein ma vià

Lo sèlâo l'è tè ma mïa

 

ET LA ROÛSA L'È, LA DÂOCEU

ET LA ROÛSA L'È, LA RAVEU

ET LA ROÛSA L'È, LO BOUNHEU

QUE TE MÈ BALYE

GALÉSA MARQUISA

 

Quand lè z'ètâil' ant dègourcî la né

Adan y'é yu onna roûsa

Dein la né yô tracouâvo tot solet

Lè z'ètâil' sant tè ma mïa

 

ET LA ROÛSA L'È, LA DÂOCEU

ET LA ROÛSA L'È, LA RAVEU

ET LA ROÛSA L'È, LO BOUNHEU

QUE TE MÈ BALYE

GALÉSA MARQUISA

 

Galésa marquisa

Ma marquisa

PE REIN PO MÈ

 

Vouâi y'é rein mé einvyà de tè

Vouâi pu rein mé allâ tsi tè

Vouâi y'é rein mé einvyà de tè (nâ)

T'î pe rein, pe rein po mè

 

Te fâ quemet se y'èté nion, nion, nion

T'accûte rein de cein que dio, dio, dio

Te t'eintanne quand su à drâi, drâi, drâi

De t'offrî tot mon tieu

 

Vouâi y'é rein mé einvyà de tè

Vouâi pu rein mé allâ tsi tè

Vouâi y'é rein mé einvyà de tè (nâ)

T'î pe rein, pe rein po mè

 

L'è po cein, l'è po cein, l'è po cein que vu pas allâ nâ

L'è po cein, l'è po cein, l'è po cein que y'é pas einvyà

L'è po cein, l'è po cein, l'è po cein que vé pas retornâ

Onco tsî tè

 

Fâ quemet se y'iro ton tsin, tsin, tsin

Vâo rein savâi dâi delâo qu' y'é, y'é, y'é

T'î tiu dèvant quand su a bu, bu, bu

De t'offrî tot mon tieu

 

Vouâi y'é rein mé einvyà de tè

Vouâi pu rein mé allâ tsi tè

Vouâi y'é rein mé einvyà de tè (NÂ)

T'î pe rein, pe rein po mè

 

T'î pe rein, t'î pe rein, t'î pe rein

Pe rein po mè

PU PAS

 

VU PARLÂ PATOIS

MÂ PU PAS

LÈ MONSU L'ANT DE

LO PATOIS L'È PAS PERMET

 

Lo gâpion, l'einsègnant, lo menistro et la politica

Lo bordzâi, l'eincourâ, lo taborniâo et lo syndico

Tî clliâo monsu l'ant de, lo patois l'è pas permet

L'ant de, l'è pas permet !

 

VU PARLÂ PATOIS

MÂ PU PAS

LÈ MONSU L'ANT DE

LO PATOIS L'È PAS PERMET

 

Dein lè vele, lè velâdze, lè motî et à l'ècoûla

Dè l'hivè tant qu'âo tsautein, la né et lo dzo

Pertot, sein dècessâ, lo patois l'è pas permet

L'ant de, l'è pas permet !

 

VU PARLÂ PATOIS

MÂ PU PAS

LÈ MONSU L'ANT DE

LO PATOIS L'È PAS PERMET

 

Ecclliafeint, maufotu, sein lo drâi de tsantâ

Lè bouîbe, lè fènne, lè gaillâ et lè vîlye

Oï, po to lo mondo, lo patois l'è pas permet

L'ant de, l'è pas permet !

 

- Madamussala y'ameré allâ aô cacar, se vo pllié !

- Eh le bouèbe tu sais pas qu'on n'a pas le droit de      parler en patois ici, dans la classe, non ?

- Aller, ramasse une bonne agnaffe!

  Et pa (aïe) et pa (aïe) et pa (aïe)

- Oh vo z' îte, oï vo z' îte onna crouya fenna

 

VU PARLÂ PATOIS

MÂ PU PAS

LÈ MONSU L'ANT DE

LO PATOIS L'È PAS PERMET

DJAMÉ PRÂO

Lâi a dein la granta goille
D' la matâre de pétrole
Dein lè bou d' la coffîa
D'la pouâison dein lè prâ

L' ingrevalla pllieinna à tsavon
De maunètiâ de tsè pourrâ
Et lo cié l'è rein mî
Qu'onna tiéssa à ècovîre

DEIN MON COURTI L' È PAS 
LA MÎMA REINGA
LA FRETE È GALÉSA
LO DZERDENÂDZO È BIAU

Lè z' animau sant pèsu
Sein savâi yô allâ
Dzà lè avelye fotant lâo sa 
Aprî lèquin vant modâ ?

L 'è pi po dere mâ no pouein pas 
Continuâ sti dèlâo
Âo on tristo dzo on finetrâ
Pè tyâ lo selâo

DEIN MON COURTI L' È PAS 
LA MÎMA REINGA
LA FRETE È GALÉSA
LO DZERDENÂDZO È BIAU

Djamé prâo
Prâo d'amoû
Po noûtra terra
Noûtra mâre

AYÂ

 

VÉ AYÂ
MA TORALYE DE TSENÈVO

ET TSANTÂ
DEIN LA ROSAÏE DÂO MATIN

 

Tandu que d'aôtrè vant à la guierra

Tracî por eingrandzî dâi melliâ

Mîmo s'eimpoutanâ quin tchè-tein

Mâ mè vu rein de tot cein

 

VÉ AYÂ
MA TORALYE DE TSENÈVO

ET TSANTÂ
DEIN LA ROSAÏE DÂO MATIN

 

Laî ein a que sant dâi bourtyâ

Prêt à tot po s'abovena
Robâ aô ître on crouïo chrètien

Mâ mè vu rein de tot cein

 

Adan que quauque z'on sènant la misèra

 

VÉ AYÂ
MA TORALYE DE TSENÈVO

ET TSANTÂ
DEIN LA ROSAÏE DÂO MATIN 

MA VIOÛLA

 

D'aboo que mè lèvo
Dèvant de betâ mè z'halyon

Adan que lo selâo è oncò frè

 

Tandu que lo café tsaude
Et que fé dâi galèse croûte

De morâofya et dâi z'âo-papet

 

Mè mousâïe
Et mon tieu

Sant pi avoué tè

 

On pou pllie tâ vé dèfro
Mè setâ su 'na chôla
Et lo postelyouno mè fâ dâi crouïe get

 

Quemet se y'èté onna chenolye

On mince guieu, on galapià

Quand t'î âo bet de mè dâi

 

MA VIOÛLA

MA VIOÛLA

MA VIOÛLA

 

De dzo ein sennana de senanna ein mâi

T'î nevau, brî, mardjolanna
Mâ pas peclliet

 

Su lè vy, que nâive, que plyôve

Que fasse 'na frecasse
Que sèyo bin âo su lè z'épenè

 

Tant d'annaïe

Que t'î
Adî avoué mè

 

MA VIOÛLA

MA VIOÛLA

MA VIOÛLA 

L’OO PÂO PAS

 

Oï, t’a on mouî d’oo

On ottô de sorta

Et tsaque annâïe

Te tsandze de tenomobile

 

T’ètâi bein d’acoo

Po pouâi trâitâ 

De fotre ‘na bourlâïe

À clli qu’ètâi su ta tserrâre

 

Vouâi t’î quâsu moo

Carcan dein ta sïa

L’è ta derrâire trottâïe

Adan que t’î mîmo pas vilyo

 

M L’OO PÂO

PAS L’OO PÂO

PAS L’OO PÂO

PAS ATSET 

LA SANTÂ

 

Ora dein ton coo

Vouigne lo pî mau

Sein mé de pedyî 

Que t’ein n’a z’u po lè z’autro

 

L’è on crouïo soo

Lè doû pâ de la mounïa

T’a amassâ de tot, tot, tot

Mein dâo tein dè pllie

 

M L’OO PÂO

PAS L’OO PÂO

PAS L’OO PÂO PAS ATSET LA SANTÂ

MON PÉPÉ

 

Mon pépé l’è ‘na bouna dzein

L’âme tot lè z’animau

Dein la natoûra, tot lo tein

L’è fatti de travau

 

À mon pépé lo vin lî plyé 

Mâ sirote pas trâo

L’âme lo pan, lo séré 

On clopet, quand fâ bin tsaud

 

MON PÉPÉ L’È ‘NA BOUNA DZEIN

M’A BALYΠON BON BAGÂDZO

 

Mon pépé et l’è pas rein

Pâo vère lè tsoûse de hiaut

L’a yu daî croûïo drôlo de tein

Mâ sè get sant dâi sélâo

 

MON PÉPÉ L’È ‘NA BOUNA DZEIN

M’A BALYΠON BON BAGÂDZO

LÈ PΠDEIN LÈ FLLIÂO

 

Dâi gottrâose dèvan lo ban dâo bouaton

Lè pî dein lè flliâo et l’eindedein âo lyein

L’è dinse que vîgnant âo mondo mè tsanson

 

Avoué on mouî d’amou

Âo on bocon de radze

Tot ein guegneint lè boû 

Pu reimplyâ la pâdze

 

LÈ PΠDEIN LÈ FLLIÂO

ET L’EINDEDEIN AU LYEIN

 

Tandu que mon pépé aliette lè z’ampî 

Et que lo menon doo prî dâo fidyé 

Mon tieu crie et cratche dâi mot, dâi mélodie

 

Ein èpècllieint l’einnoyondze

Et lo tran-tran

Su quemet on ozî 

Ào on einfant

 

LÈ PΠDEIN LÈ FLLIÂO

ET L’EINDEDEIN AU LYEIN

 

L’è dinse que vîgnant âo mondo mè tsanson

Lè pî dein lè flliâo et l’eindedein âo lyein

Dâi gottrâose dèvan lo ban dâo bouaton

 

L’è dinse que vîgnant âo mondo mè tsanson

L’è dinse que vîgnant âo mondo mè tsanson

Lè pî dein lè flliâo et l’eindedein âo lyein

PRÈS DE TOI

 

Avec mon beau chapeau

Et quelques brins de paille au bec

Je prends ma barque

Et rame

 

J'ai des fleurs et du gui

Une nouvelle chanson pour toi

Des petits pains, du lait

Je rame

 

BONJOUR BONJOUR BONJOUR MA BELLE

BONJOUR BONJOUR BONJOUR MA BELLE

BONJOUR BONJOUR BONJOUR MA BELLE

J'ARRIVE BIENTÔT PRÈS DE TOI

 

Tu me charmes je veux loger

Dans la douce fournaise de tes yeux

Alors sur ma barque

Je rame

 

BONJOUR BONJOUR BONJOUR MA BELLE...

 

Je rame

Je rame

Je rame

Je rame

 

Maintenant sans mon haut-de-forme

Je te vois à ta fenêtre

Ton sourire est comme le feu

Il m'échauffe

 

BONJOUR BONJOUR BONJOUR MA BELLE...

 

Car tu m'échauffes et me fais courir...

Fait courir...

Oui

CHARMANTE MARQUISE

 

Quand le soleil a coupé le brouillard

Alors j'ai vu une rose

Le brouillard c'est moi tout seul dans ma vie

Le soleil c'est toi mon amie

 

Quand le soleil a coupé le brouillard

Alors j'ai vu une rose

Le brouillard c'est moi tout seul dans ma vie

Le soleil c'est toi mon amie

 

ET LA ROSE C'EST, LA DOUCEUR

ET LA ROSE C'EST, LA CHALEUR

ET LA ROSE C'EST, LE BONHEUR

QUE TU ME DONNES

CHARMANTE MARQUISE

 

Quand les étoiles ont déchiré la nuit

Alors j'ai vu une rose

Dans la nuit où j'allais et venais tout seul

Les étoiles sont toi mon amie

 

ET LA ROSE C'EST, LA DOUCEUR

ET LA ROSE C'EST, LA CHALEUR

ET LA ROSE C'EST, LE BONHEUR

QUE TU ME DONNES

CHARMANTE MARQUISE

 

Charmante marquise

Ma marquise

PLUS RIEN POUR MOI

 

Aujourd'hui je n'ai plus envie de toi

Aujourd'hui j'peux plus aller chez toi

Aujourd'hui je n'ai plus envie de toi (non)

Tu n'es plus rien, plus rien pour moi

 

Tu fais comme si je n'étais personne

Tu n'écoutes rien de ce je dis

Tu te terres quand je suis sur le point

De t'offrir tout mon coeur

 

Aujourd'hui je n'ai plus envie de toi

Aujourd'hui j'peux plus aller chez toi

Aujourd'hui je n'ai plus envie de toi (non)

Tu n'es plus rien, plus rien pour moi

 

C'est pour ça que je ne veux pas aller, non!

C'est pour ça que je n'ai pas envie

C'est pour ça que je ne vais pas retourner

À nouveau chez toi

 

Tu fais comme si j' étais ton chien

Tu ne veux rien savoir de mes douleurs

Tu vas à rebours quand je suis sur le point

De t'offrir tout mon coeur

 

Aujourd'hui je n'ai plus envie de toi

Aujourd'hui j'peux plus aller chez toi

Aujourd'hui je n'ai plus envie de toi (non)

Tu n'es plus rien, plus rien pour moi

 

Tu n'es plus rien

Plus rien pour moi

JE NE PEUX PAS

JE VEUX PARLER PATOIS

MAIS JE NE PEUX PAS

LES MESSIEURS ONT DIT

LE PATOIS N'EST PAS PERMIS

 

Le policier, l'enseignant, le pasteur et la politique

Le bourgeois, le curé, l'imbécile et le syndic

Tous ces messieurs ont dit, le patois n'est pas permis

Ils ont dit il n'est pas permis !

 

JE VEUX PARLER PATOIS

MAIS JE NE PEUX PAS

LES MESSIEURS ONT DIT

LE PATOIS N'EST PAS PERMIS

 

Dans les villes, les villages, les églises et à l'école

En hiver comme en été, la nuit et le jour

Partout, sans cesse, le patois n'est pas permis

Ils ont dit, il n'est pas permis !

 

JE VEUX PARLER PATOIS

MAIS JE NE PEUX PAS

LES MESSIEURS ONT DIT

LE PATOIS N'EST PAS PERMIS

 

Ecrabouillés, malades, sans le droit de chanter

Les enfants, les femmes, les jeunes et les vieux

Oui, pour tout le monde, le patois n'est pas permis

Ils ont dit, il n'est pas permis !

 

- Madamussala y'ameré allâ aô cacar, se vo pllié !

- Eh le bouèbe tu sais pas qu'on n'a pas le droit de         parler en patois ici, dans la classe, non ?

- Aller, ramasse une bonne agnaffe!

  Et pa (aïe) et pa (aïe) et pa (aïe)

- Oh vo z' îte, oï vo z' îte onna crouya fenna

JE VEUX PARLER PATOIS

MAIS JE NE PEUX PAS

LES MESSIEURS ONT DIT

LE PATOIS N'EST PAS PERMIS

JAMAIS ASSEZ

Il y a dans la mer
De la matière en pétrole (plastic) 
Dans les bois des déchets
Du poison dans les prés

L'assiette complètement pleine
De mauvaises herbes, de viande pourrie 
Et le ciel n'est rien de plus
Qu'une poubelle

DANS MON JARDIN CE N'EST PAS 
LA MÊME RENGAINE
LES FRUITS SONT JOLIS
LES LÉGUMES SONT BEAUX

Les animaux sont perdus
Sans savoir où aller
Déjà les abeilles donnent leur congé 
Après lesquels vont partir ?

C'est juste pour dire mais on ne peut pas 
Continuer cette affliction
Ou un triste jour on finira
Par tuer le soleil

DANS MON JARDIN CE N'EST PAS 
LA MÊME RENGAINE
LES FRUITS SONT JOLIS
LES LÉGUMES SONT BEAUX

Jamais assez
Assez d'amour
Pour notre terre
Notre mère

ALLUMER

 

JE VAIS ALLUMER
MA PIPE DE CHANVRE
ET CHANTER
DANS LA ROSÉE DU MATIN

 

Pendant que d'autres vont à la guerre

Courir pour engranger des milliards

Et même se prostituer, quelle misère

Mais moi je ne veux rien de tout ça

 

JE VAIS ALLUMER
MA PIPE DE CHANVRE
ET CHANTER
DANS LA ROSÉE DU MATIN

 

Il y en a qui sont des canailles

Prêts à tout pour s'abreuver
Voler ou être de mauvais chrétiens

Mais moi je ne veux rien de tout ça

 

Alors que quelques-uns sèment la misère

 

JE VAIS ALLUMER
MA PIPE DE CHANVRE
ET CHANTER
DANS LA ROSÉE DU MATIN 

MA GUITARE

 

Dès que je me lève
Avant de mettre mes habits
Alors que le soleil est encore frais

 

Pendant que le café chauffe
Et que je fais de jolies tartines
À la confiture et des oeufs brouillés

 

Mes pensées
Et mon coeur
Sont seulement avec toi

 

Un peu plus tard je vais dehors

M'asseoir sur une chaise
Et le postier me fait les gros yeux

 

Comme si j'étais un chenapan
Un moins que rien, un vagabond

Quand tu es au bout de mes doigts

 

MA GUITARE

MA GUITARE

MA GUITARE

 

De jours en semaines, de semaines en mois

Tu es abri, berceau, marjolaine
Mais pas loquet

 

Sur les routes, qu'il neige, qu'il pleuve

Qu'il fasse torride
Que je sois bien ou sur des épines

 

Tellement d'années

Que tu es
Toujours avec moi

 

MA GUITARE

MA GUITARE

MA GUITARE 

L’OR NE PEUT PAS

 

Oui, t’as beaucoup d’or

Une super maison

Et chaque année

Tu changes de voiture

 

T’étais bien d’accord

Pour conclure une affaire

De donner une rossée

À celui qui était sur ta route

 

Aujourd’hui t’es presque mort

Décati dans ta soie

C’est ta dernière course

Alors que tu n’es même pas vieux

 

MAIS L’OR NE PEUT PAS

L’OR NE PEUT PAS

L’OR NE PEUT PAS

ACHETER LA SANTÉ

 

Maintenant dans ton corps

Rampe le pire mal

Sans plus de pitié 

Que tu en as eu pour les autres

 

C’est un mauvais sort

Les deux côtés de la monnaie

T’as amassé de tout, tout, tout

Moins du temps en plus

 

MAIS L’OR NE PEUT PAS

L’OR NE PEUT PAS

L’OR NE PEUT PAS

ACHETER LA SANTÉ

MON PÉPÉ

 

Mon grand-père est une bonne personne

Il aime tous les animaux

Dans la nature, tout le temps

Il a plein de travail

 

Le vin plaît à mon grand-père

Mais il ne boit pas trop

Il aime le pain, le sérac

Une sieste, quand il fait bien chaud

 

MON GRAND-PÈRE EST UNE BONNE PERSONNE

IL M’A DONNÉ UN BON BAGAGE

 

Mon grand-père et ce n’est pas rien

Peut voir les choses de haut

Il a vu de sales et drôles d’époques

Mais ses yeux sont des soleils

 

MON GRAND-PÈRE EST UNE BONNE PERSONNE

IL M’A DONNÉ UN BON BAGAGE

LES PIEDS DANS LES FLEURS

 

Des jonquilles devant le banc de la porcherie

Les pieds dans les fleurs et l’esprit au loin

C’est ainsi que naissent mes chansons

 

Avec beaucoup d’amour

Ou un peu de rage

Tout en guignant les bois

Je peux remplir la page

 

LES PIEDS DANS LES FLEURS

ET L’ESPRIT AU LOIN

 

Pendant que mon pépé attache les framboisiers

Et que le chat dort près du figuier

Mon coeur crie et crache des mots, des mélodies

 

En écrabouillant l’ennui

Et le train-train

Je suis comme un oiseau

Ou un enfant

 

LES PIEDS DANS LES FLEURS

ET L’ESPRIT AU LOIN

 

C’est ainsi que naissent mes chansons

Les pieds dans les fleurs et l’esprit au loin

Des jonquilles devant le banc de la porcherie

 

C’est ainsi que naissent mes chansons

C’est ainsi que naissent mes chansons

Les pieds dans les fleurs et l’esprit au loin

CHLIC-CHLAC

 

(È bon)

DZING LO CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

DZINGÀ LO CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

 

Lo delon, quand l’âi l’é chè

Dein lo fretson, avoué tè

Se fâ ‘na cramena, on pouet teimps

Dein la tsambra, su lè couassin

 

DZING LO CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

DZINGÀ LO CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

 

Vé la miné âo su lo matin

L’è ‘na galés’ idé, tot bounameint

D’oû à djuié, efflyorâ ta pî

Dècoûte lo lé âo dèso on ceresî

 

Lo bonheu

N’è pas ‘na tsousa

Tant compliquâïe

 

Po mè, l’è simplyo

Mè fau rein de pllie que

 

DZING LO CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

DZINGÀ LO CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

 

(C’est bon de)

DANSER LE CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

DANSER LE CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

 

Le lundi, quand l’air est sec

Dans l’herbe fraîche, avec toi

S’il fait très froid, un sale temps

Dans la chambre, sur les coussins

 

DANSER LE CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

DANSER LE CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

 

Vers minuit ou avant l’aube

C’est une belle idée, tout simplement

D’août à juillet, effleurer ta peau

Au bord du lac ou sous un cerisier

 

Le bonheur

N’est pas une chose

Tellement compliquée

 

Oui

Pour moi, il est simple

Il ne me faut rien de plus que

 

DANSER LE CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

DANSER LE CHLIC-CHLAC

CHLIC-CHLAC

SEIN COUSON

 

SU SEIN COUSON

SEIN COUSON

SU SEIN COUSON

SEIN COUSON

 

Lo mondo è tau qu’on lo fâ, pouet âo biau

Fatti de niése âo de galé momeint

Quemet onn’ èmadze, l’è noutron meriâo

À tsacon lo chè d’ître roûta âo galein

Lo mondo

È tau qu’on lo fâ

 

SU SEIN COUSON

SEIN COUSON

SU SEIN COUSON

SEIN COUSON

 

Vouâi âo hiè, l’è adî la mîma tsoûsa

Lâi ein a de la par dâo mau, d’autrè dâo bin

Sè dèsondzî, sè revertsî lè mandze

Âo piornâ, tarâ, cratchî âo nâ dâi dzein

Vouâi âo hiè

L’è la mîma tsoûsa

 

Allâ gaillâ de locipède

Bètsî châ son courtî

Trimâ mein, mousâ mî

 

Mimo se la terra espose dèman

Lè z’ètâile continuerant de brelyî

 

Su sein couson

Su sein couson

Su sein couson

SANS SOUCI

 

JE SUIS SANS SOUCI

SANS SOUCI

JE SUIS SANS SOUCI

SANS SOUCI

 

Le monde est tel qu’on le fait, moche ou beau

Rempli de discorde ou de bons moments

Comme une image, il est notre miroir

À chacun le choix d’être canaille ou galant

Le monde

Est tel qu’on le fait

 

JE SUIS SANS SOUCI

SANS SOUCI

JE SUIS SANS SOUCI

SANS SOUCI

 

Aujourd’hui ou hier, c’est toujours la même chose

Il y en a du côté du mal, d’autres du bien

Se réveiller, se retrousser les manches

Ou geindre, endommager, cracher au nez des gens Aujourd’hui ou hier

C’est la même chose

 

Aller bravement à vélo

Bêcher aisément son jardin

Trimer moins, penser mieux

 

Même si la terre explose demain

Les étoiles continueront de briller

 

Je suis sans souci

Je suis sans souci

Je suis sans souci